Lexode Créer un blog
Signaler un abusFermer

Velvet Rain Drops

Les Hirondelles

le 26/06/2009 à 14h27

Les hirondelles Les Cowboys Fringants

Quand on le voyait il était parfait
Et avait la vie dont les gens rêvaient
Famille charmante
Et une entreprise plus que florissante
Une épouse aimante

Mais en vérité il était vidé
Et avait la fuite dans les idées
Tous les jours pourtant
Il remettait son masque souriant
Comme un paravent

{Refrain:}
L'image que l'on donne
N'est pas toujours la bonne
Volent, volent les hirondelles
Même les beaux plumages
Peuvent être une cage


Elle était distante un peu arrogante
On la trouvait snob et condescendante
Toujours à l'écart
Survolant les gens du haut du regard
Froide et sans égards

Mais sa suffisance n'était que défense
Et un truc pour sauver les apparences
Car cette timide
Avait toujours été en vain avide
D'amitiés solides

{au Refrain}

On disait souvent qu'il était avenant
Et qu'il avait l'âme du bon vivant
Homme sans tourment
Qui se laisser aller au gré du vent
Un Roger Bontemps

Mais s'il s'enivrait c'est qu'il se terrait
Au fond de lui un malaise, un boulet
Et son air gaillard
Tout comme sa façade de fêtard
N'étaient que remparts

{au Refrain}

Volent, volent les hirondelles
Même les beaux plumages
Peuvent être une cage
Volent, volent les hirondelles
L'image que l'on donne
N'est pas toujours la bonne

Volent, volent les hirondelles
Même les beaux plumages
Peuvent être une cage
Volent, volent les hirondelles
Quand elles sont épuisées
Elles piquent du nez

Bonne pomme – Les Cowboys Fringants


T'étais la
bonne pomme
Au milieu du panier
La p'tite fille aut
onome
Chez les égarés
Papa était assidu
A la dive b
outeille
Maman perdue
Au pays des merveilles

Pour ces gens pas très drôles
Tu es devenue
Une mère, une épaule
Un p
oint de salut
Pendant qu'ils s'entretuaient
A l
ongueur de semaines
Ils ign
oraient
L'étendue de ta peine

Refrain :

Parfois tu pleures
Quand tu y repenses
Cette d
ouleur
Tu la vis en silence
Un jour ils sortiront
Ces m
ots que tu retiens
Et tes larmes cesser
ont
Enfin

T'étais la
bonne pomme
Au milieu du panier
L'ad
olescente autonome
Chez les naufragés
Papa était bien assis
À la brasserie du c
oin
Maman partie
Un n
ouveau conjoint

Toi qui t'étais élevée
Seule c
omme une grande
Dans ce m
onde fermé
S
ombre et sans guirlandes
Tu avais vite compris
A f
orce d'encaisser
Que par survie
Il faudrait t'en aller

Refrain

T'étais la bonne pomme
Au milieu du panier
La jeune femme qui en s
omme
S'en est bien tirée
Partie étudier très loin
P
our ne plus revenir
Dans t
on patelin
Aux tristes s
ouvenirs

Quand les pommes pourries
Te f
ont des reproches
T
on coeur de pomme se durcit
Et devient une r
oche
Tu as coupé tes racines
Avec le vieux panier
Une
orpheline
Tu as t
oujours été

Refrain

T'étais la
bonne pomme
T
ombée du panier
Et m
oi, je suis cet homme
Qui t'a ramassée
Je s'rai là à tes côtés
Si tu veux me parler
Des meurtrissures
Cachées s
ous ta pelure

Révision juste avant devoir !

le 27/02/2009 à 21h01
Voilà comment nous, les BTS1,
révisons avant les devoirs sous le soleil de la Haute Loire ...

Neige sous Yssingeaux

le 09/01/2009 à 17h40

Guitare !

le 24/12/2008 à 21h26

...

le 07/11/2008 à 16h02

Vous etes partis trop tôt !

le 26/10/2008 à 21h33
[...]
C'est l'jare type type plutôt sympa
Le jare type plutôt loin d'être con
Le jare type qui n'abandonne pas
Le jare type qui écrit des chansons
[…]
Il rempli les coeurs de joie et de bonheur
[…]
Il est né a la campagne
Il y vie aussi bien qu'a Paris
Il aime bien la nature et les femmes
Et boire une p'tite bière le weekend entre amis
A chaque fois qu'il descend de sa montagne
Partout ou il passe il sème un peu de vie
Il cultive des oiseaux, des nuages
Et un p'tit peu de soleil pour faire plaisir aux âmes
[…]
Il est né a la campagne et il y vit bien
Dans une coin de paradis sans bitume ni voisin
Souvent les oiseaux le réveillent le matin
Mais c'est toujours mieux qu'un camion ou qu'un train
Il est né a la campagne, il y vit aussi bien qu'à Paris
Il aime bien la nature et les femmes
[…]
 
[Extrait de ‘Il est né à la campagne’ – Les vieilles valises]
 

 
Mais qu'est-ce qui s'passe dans nos p'tites têtes,
On s'entasse tous comme des sardines,
Dans les grosses boîtes que l'on conserve,
Le p'tit poisson doit suivre sa ligne...
 
Et puis merde j'ai décidé de vivre loin sur la colline,
De vivre seul dans une maison avec la vue sur ma raison.
J'préfère vivre pauvre avec mon âme que vivre riche avec la leur,
Et si le blé m'file du bonheur, j'me ferais p't'êtr Agriculteur...
[…]
J'ferais des bornes pour m'éloigner pour m'retrouver face au mirroir,
Juste une seconde de vérité pour que mon passé coule sous les ponts
J'ferais des bornes pour m'eclipser pour m'retrouver face à quedal,
Juste une seconde de vérité pour comtempler ce qu'on est tous.
 
Ca fait longtemps que j'ai plus vu ce coin d'soleil à l'horizon,
Ca fait longtemps que je l'attendais la p'tite lueur de la raison.
Une p'tite chanson au clair de lune pour réchauffer nos coeurs de pierre,
Le grand retour à l'essentiel le feu de bois éclaire le ciel...
[…]
 
[Extrait de ‘L’agriculteur’ – Ridan]
 

 
[…]
Il croise sur le trottoir
Un cercueil de bois noir
Salue les hommes en pleurs
Et dérobe une fleur
Il arrive excité
Et frappe tout essoufflé
Mais celle qu'il a aimé
Il vient de la croiser
 
Dans ce petit appartement
Y avait pas grand chose d'important
Mais sur une table deux instruments
Et une lettre
«Mon p'tit Léo gâche pas ta vie,
Fais ça pour moi je t'en supplie
Prends cet archet et cette scie
Deviens honnête »
[…]
Et puis un jour dans les bistrots
Qu'y s'passait rien de très nouveau
On a pu lire dans les journaux
Ce fait divers :
On a r'trouvé sous un camion
Le corps d'un pauvre vagabond
Les bras sciés et un archet
C'est un mystère»
 
Si encore de nos jours
On entend ce refrain
C'est qu'du fond de sa cour
Un jour, un musicien
Sans s'en douter du reste
Cherchant un air nouveau
A écrit pour orchestre
Les hurlements d’Léo !
 
 [Extrait de ‘Léo’ – Les Ogres de Barback]
 

[…]
Il voulait être libre,
Il n'était qu'hors-la-loi
Quand t'as qu'un pied sur terre tu peux pas marcher droit
Du fond de sa misère il entendait parfois:
Gamin, jeune utopiste tu prends la vie comme un refrain,
Tu crois que tu n'existes que quand les autres tapent des mains,
Gamin, être un artiste, c'est pas toujours manger à sa fin,
Tu joues les guitaristes et fait la fête jusqu'au matin.
[…]
Il disait:"Danse, danse tant que tu peux danser,
De toute façon on ne fait que passer
Par ici ou par là
Mais en tout cas on y repasse pas!
 
Pa la pa pa pa pa pa la,
pa la pa la,
Pa pa la pa pa pa pa pa pa la.
 
On ne l'entendra plus jamais chanter:
Il voulait être libre,
Il n'était qu'hors-la-loi
Quand t'as qu'un pied sur terre tu peux pas marcher droit
Du fond de sa misère il me disait parfois:
 
Danse, danse tant que tu peux danser,
De toute façon on ne fait que passer
Par ici ou par là.
 
[Extrait de ‘Gabin’ – Les vieilles valises]
 
 

Vous êtes partis trop tôt ... vos bonnes humeurs, vos chansons, vos soirées, vos sourires, vos joies, vos délires, vos guitares, vos belles idées, vos cheveux, vos retards, vos musiques, vont nous manquer.
Vous allez nous manquer !!!


...

le 04/10/2008 à 16h33

D’où vient cette force de vie

le 20/09/2008 à 22h08

D’où vient cette force de vie

(Michel Hubault)

 

D’où vient cette mystérieuse énergie, cette force de vie
qui ignore les frontières des cultures et des religions,
du passé et du présent, du visible et de l’invisible,
renverse les idées toutes faites, les limites du possible
et bouscule les pesanteurs des traditions ?

D’où vient cette mystérieuse énergie, cette force de vie
qui sait ouvrir les portes closes de notre cœur,
renverse le pouvoir et les statues des dictateurs
emporte trônes et palais des puissants
comme feuilles au vent et brindilles au torrent ?

D’où vient cette mystérieuse énergie, cette force de vie
qui libère de la peur et de la soumission au destin
des milliers d’hommes et de femmes qui, soudain,
osent défendre leurs droits et descendre dans la rue
pour affronter matraques ou canons, les mains nues ?

D’où vient cette mystérieuse énergie, cette force de vie
qui, ignorant les qu’en dira-t-on et les convenances,
les routines et les excessives prudences,
bouscule les habitudes des vénérables religions
et les entraine vers de nouvelles directions ?

D’où vient cette mystérieuse énergie, cette force de vie,
cette subversive inspiration au cœur de nos mutismes,
qui renverse les barrières du mépris et du racisme,
pour créer des liens, pour jeter des ponts,
vaincre l’isolement et inventer de nouvelles relations ?

D’où vient cette mystérieuse énergie, cette force de vie
qui féconde le combat de ceux qui luttent contre toute injustice
et l’amour silencieux de ceux qui compatissent
aux larmes et aux cris de toute souffrance,
fleurs imprévisibles d’une invincible espérance ?

D’où vient cette mystérieuse énergie, cette force de vie
cette étincelle de feu, ce souffle épique ?
Certains l’appellent l’Ame du monde ou l’Energie cosmique ;
d’autres croient qu’elle jaillit au-delà de la terre et des cieux
et l’appellent l’Esprit Saint, l’Esprit de Dieu

 



[... SOUVENIR ...]

Maxime et Laetitia

le 24/08/2008 à 11h41